Matériel nécessaire

Ici on parle du matériel nécessaire pour l’usage du métier à tisser de ceinture.

Pour la préparation du matériel on peut séparer en 2 groupes :

  • le matériel servant à l’ourdissage
  • et le matériel servant au tissage proprement dit

Le matériel servant à l’ourdissage

L’ourdissage traditionnel pratiqué dans les villages de la sierra en Equateur se fait avec des bâtons de bois enfoncés dans le sol. Voir photo ci-dessous :

Avec la pratique, j’ai inventé et fabriqué ce que j’appelle la banc à ourdir, qui permet d’ourdir plus confortablement, et aussi de meilleur qualité.
Il s’agit simplement d’une base en bois sur laquelle sont enfoncées des tiges de métal (environ 1 cm de diamètre, utilisées dans la construction de bâtiment) pour l’extrémité, et des gros clous pour les positions intermédiaires.
Autour de ces tiges de métal, j’utilise des tubes plastiques qui glissent autour des tiges métalliques. Les tubes permettent d’avoir une surface lisse pour ne pas abîmer les fils, et de retirer les fils facilement une fois l’ourdissage terminé.

Le matériel servant au tissage

Pour le tissage on a encore besoin de bâtons de bois (mais différents) et autres accessoires. Voici la la liste :

  • 1. La ceinture : anciennement faite avec du cuir animal. J’utilise un grand sac de riz (de 50 kg) plié en 3 parties.
  • 2. Bâtons qui servent pour tendre le tissage. On a besoin de 2 bâtons de 30 à 35 cm de long, et assez gros pour résister. C’est important qu’ils soient bien droits et lisses. J’utilise des manches à balais.
  • 3. La “cajua” (mot Kichwa), qui sert à tasser le tissage. Elle peut avoir différentes formes et tailles. Taille normal pour la grande partie du tissage, et pour la finition une “cajua” plus petite (à droite sur la photo).
  • 4. Lisses : petit bâton qui sert à séparer les fils de l’ourdissage. Selon la technique utilisée on peut avoir besoin jusqu’à 8 lisses. On peut utiliser des crayons à papiers ou des stylos.
  • 5. Bâtons de croisements : on a besoin de 2 bâtons (plus gros qu’un stylo). C’est très pratique que chaque bâton soit percé à chaque extrémité.
  • 6. Bâton pour faire les figures (presque identique aux bâtons de croisement).
  • 7. Bâton pour attacher le tissage au mur, à un arbre, ou n’importe quel support (identique aux bâtons n°2 de la liste).

Et le matériel qui n’est pas sur la photo :

  • Fil fin et résistant, qui sert pour fabriquer les lisses.
  • Laine, ou fil synthétique pour le tissage. La laine du commerce a besoin d’être plus torsadée pour pouvoir l’utiliser sur un métier à tisser. Pour la laine filée à la main cela dépend, parfois il faut la torsadée plus, parfois il faut la détorsadée, et parfois on peut l’utiliser telle quelle.
    Cette notion de torsion s’apprend avec la pratique du tissage sur métier á tisser.
  • Couteau, ciseau ...